Réussir fruits et légumes 16 octobre 2012 à 16h43 | Par Réussir Fruits et légumes

Chou-fleur - Optimiser la fertilisation azotée

L’amélioration des connaissances sur la fourniture d’azote, surtout à l’automne, doit permettre d’optimiser la croissance des choux-fleurs d’hiver et obtenir des reliquats azotés les plus bas possibles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis une dizaine d’années, le Ctifl, en collaboration avec les stations expérimentales bretonnes, a mis en place des essais afin de déterminer les besoins en azote des cultures de chou-fleur d’hiver, et de mettre au point pour les variétés de décembre à mars un test plante indicateur de son état de nutrition azotée. Les résultats acquis sur huit années d’essais permettent d’optimiser la fertilisation azotée par groupe de précocité des productions.


Pour les choux-fleurs récoltés en décembre et janvier, l’essentiel des besoins en azote aura été prélevé par la plante avant fin novembre. Il importe que les reliquats azotés dans le sol à ce moment soient les plus faibles possibles. « Pour un hectare, si on considère que les besoins de la culture à la fin du mois de novembre sont de 210 kg d’azote, que la fourniture d’azote par le sol est de 100 kg et que nous voulons obtenir un niveau de reliquats entrée hiver (fin novembre) de 40 kg (sur l’horizon 0-60), il faudra fournir à la plante 150 kg d’azote », précisent Christian Porteneuve, Ctifl/SECL 22, Damien Penguilly du Cate et Christiane Raynal du Ctifl(1). Dans ce cas, on notera que tout reliquat azoté, au moment de la plantation, supérieur à 150 kg est superflu et génère un risque environnemental. Une fertilisation optimisée, dans la majorité des cas, consistera à gérer les reliquats « entrée de culture ». L’emploi de couverts végétaux semés en interculture de deux choux est un moyen de limiter ces reliquats. Pour une parcelle libérée jusqu’à mi-mars, un couvert végétal a le temps de bien se développer.En raison de conditions climatiques particulières (forte pluviosité en octobre ou novembre…) une partie de l’azote présent dans le sol peut être lixiviée. En fonction des reliquats azotés dans le sol, un apport complémentaire peut être décidé et un test nitrate plante est tout indiqué pour juger de la pertinence du réapport.

Voir la suite de notre article sur Réussir Fruits & Légumes n° 321.

(1) Article paru dans Aujourd’hui et Demain, n°109.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Fruits et Légumes se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui