Réussir fruits et légumes 12 décembre 2013 à 08h00 | Par Réussir Fruits et légumes

Consommation - Les fruits et légumes ont bon goût

De nombreux professionnels de la filière se sont donnés rendez-vous lors de la journée organisée par Interfel et Aprifel sur « le défi de la qualité gustative des fruits et légumes ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La nécessaire satisfaction que doit apporter le goût au consommateur : « Il a une valeur économique si sa valeur perçue par le client est positive. »
La nécessaire satisfaction que doit apporter le goût au consommateur : « Il a une valeur économique si sa valeur perçue par le client est positive. » - © Réussir F&L

Plus de 230 participants se sont réunis dernièrement à Paris pour échanger sur « le défi de la qualité gustative des fruits et légumes » à l’occasion de la deuxième édition des journées d’information, organisée par Interfel et Aprifel. Cette journée qui était présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, inspecteur général de l’agriculture a permis à de nombreux professionnels de la filière, institutionnels, scientifiques, mais aussi producteurs, grossistes, exportateurs, distributeurs, détaillants et représentants d’associations de consommateurs, d’échanger autour des défis que présente la qualité gustative des fruits et légumes frais pour la filière, « car il s’agit de répondre aux attentes des consommateurs dans le respect de la valeur des produits et des individus. »

C’est sur le thème de la valeur du goût que la journée s’est clôturée au cours d’une table ronde où Danièle Scandella du Ctifl a rappelé la nécessaire satisfaction que doit apporter le goût au consommateur : « Il a une valeur économique si sa valeur perçue par le client est positive. » Les questions de garantie pour le consommateur et de l’information sur le produit évoquées par la présidente d’Aprifel Angélique Delahaye remettent au « goût » du jour le service du conseil dans les rayons de la grande distribution en opposition avec les services que proposent généralement le commerce du détail. La filière, avec la segmentation, les accords interprofessionnels ou les signes de qualité, a saisi quelques opportunités pour contribuer à donner des éléments de réponses à la satisfaction des consommateurs. Quant au prix, il reste indubitablement l’indicateur qui influence le consommateur.Auparavant dans la matinée, Jean-Pierre Corbeau, professeur de sociologie de l’alimentation à l’université de Tours, était intervenu en disant des fruits et légumes qu’ils ont une signification de savoir-faire, de naturalité et de paysage qui rassurent le consommateur urbain. Il avait également souligné la relativité culturelle du goût par rapport à l’éducation alimentaire. Mais comme on n’est pas limité dans les saveurs, il y en a une multitude, des traditionnelles sucrées, acides, amères et salées, à la plus récente umami, c’est peut-être finalement de son bon goût à les considérer que dépendra la fidélisation du consommateur aux fruits et légumes. MB

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Fruits et Légumes se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui