Réussir fruits et légumes 09 novembre 2015 à 08h00 | Par Réussir Fruits et légumes

Version 2 pour le plan Ecophyto

Le gouvernement a présenté la nouvelle version du plan Ecophyto 2 dont les mesures « franco-françaises » sont déjà dénoncées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Ecophyto

Fin octobre, le ministre de l'Agriculture a présenté la nouvelle version du plan Ecophyto 2. Celle-ci réaffirme un objectif de diminution du recours aux produits phytosanitaires de 50 % en deux temps : une réduction de 25 % d'ici à 2020 reposant sur l'optimisation des systèmes de production, et une de 25 % supplémentaire à l'horizon 2025 qui sera atteinte grâce à des mutations plus profondes. Pour l'atteindre, le plan décline 30 actions en six axes visant notamment à faire évoluer les pratiques et les systèmes agricoles, à amplifier les efforts de recherche, développement et innovation et à réduire les impacts des produits phytopharmaceutiques sur la santé humaine et sur l'environnement. Une déclinaison pratique de ce nouveau plan sera présentée en ouverture du Comité consultatif de gouvernance début novembre prochain. Mais déjà l'UIPP, Union des industries de la protection des plantes, dénonce dans un communiqué de « nouvelles mesures punitives » pour l'agriculture française avec la mise en place de mesures franco-françaises accentuant les distorsions actuelles. L'UIPP regrette le maintien des objectifs de réduction quantitative du plan Ecophyto 2. Contraignant et punitifElle désapprouve également les Certificats d'économie de produits phytosanitaires (CEPP), considérés comme un dispositif contraignant et punitif, accentuant les distorsions de concurrence déjà existantes avec nos voisins européens. La FNSEA considère que ce nouveau plan « concerté entre les administrations, des ministres de l'Environnement et de l'Agriculture, porte les stigmates de l'idéologie plus que de la réalité du terrain ». Selon le syndicat, « la liste des renoncements est trop longue » et ne peut pas accepter cette vision des choses qui va nuire à l'agriculture française. Pour Coop de Franc, le dispositif d'expérimentation des CEPP (Certificats d'économie des produits phytosanitaires), annoncé sans concertation préalable avec les principaux intéressés que sont les distributeurs, est d'une invraisemblable complexité technocratique. « Sa mise en oeuvre sera coûteuse », annonce l'organisation. Selon elle, les ambitions affichées par le plan sont démesurées et, déconnectées des réalités du terrain, elles pénaliseront la compétitivité de notre agriculture. ? GD

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Fruits et Légumes se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui